Mon séjour se rapproche de la fin et je ne vous ai toujours pas parlé d'un sujet primordial pour découvrir l'Inde: la conduite.

"L'Inde est une anarchie qui fonctionne." John Kenneth Galbraith


Cette citation du grand économiste est parfaite pour introduire cet article.

Pour commencer, il faut savoir que la voiture en Inde, bien que de plus en plus répandue reste un équipement de luxe. De plus c'est comme à Paris, vu le trafic, il est plus facile de se déplacer en moto (ou rickshaw). Les motos et scooters sont donc ici LE moyen de transport utilisé communément par les hommes, les femmes et les familles (je dirais à vue de nez que les motos + rickshaws représentent les 3/4 des véhicules sur la route).  Par famille j'entends 4 ou 5 personnes. En fait c'est facile quand on est imaginatif: les 2 parents sur le siège de la moto, un enfant entre les 2 adultes, 2 autres sur chaque genoux de la maman (elle est assise en amazone. Ben oui, se mettre à cheval en sari, c'est impossible!) et un autre sur le guidon de la moto (comme ça en cas d'accident c'est lui qui prend tout, malin! Je suis horrible...^^). Ou alors ils trouvent des astuces matérielles comme ce scooter aménagé que je trouve trop drôle:

Offiellement, il y a des règles suffisantes de sécurité. Le seul problème c'est que personne ne les applique. Le port du casque obligatoire est simplement une ligne sur un bout de papier. En pratique, très peu en porte. Et si les conducteurs en ont parfois un, je n'ai jamais vu de passager en porter. Autre possibilité, le motard en a un mais ne le porte pas. C'est le cas de certains de nos copains indiens: ils ont un casque parce que ça coûte cher et que c'est classe d'en avoir un, mais ils l'ont acheté juste pour montrer qu'ils en avaient les moyens, et quand ils roulent, leur casque est soigneusement posé sur le guidon en pleine vue, pas sur leur tête. Complètement débile, mais pourtant loin d'être rare... De même pour la ceinture en voiture, le téléphone au volant, conduire avec des chaussures, tout ça c'est que de la théorie.

Et ça restera de la théorie tant que la police restera si corrompue. Tout s'achète, c'est bien connu, surtout le silence des policiers ici. Si on s'en tient aux textes, le permis de conduire indien est très sévère puisqu'une seule erreur fait sauter le permis d'office (je parle du permis voiture, je ne sais pas comment ça se passe pour les motos). Or dans la pratique, le copain indien qui me racontait ça m'a dit qu'il ne craint pas du tout de faire des bétises puisqu'il a de l'argent. Il suffit de glisser un petit billet et pas de problème, quelque soit le délit. Et les policiers en jouent d'ailleurs, il parait qu'ils arrêtent parfois des véhicules sans raison et demandent de l'argent juste pour arrondir leur fin de mois. Par contre ils n'arrêtent que les hommes, jamais des femmes, même si elles ne sont que passagères (encore moins si c'est une blanche!).  Ainsi une copine française a un scooter depuis 10 mois sans aucun papier ni permis et conduit sans crainte d'avoir des problèmes. Le seul risque pour elle (et pas le moindre on est bien d'accord), c'est l'accident.

Passons à la conduite maintenant. L'état des routes est très aléatoire, bien souvent c'est en mauvais état. Les véhicules zigzaguent entre les crevasses. Après la conduite en Inde c'est pas très compliqué, c'est un peu comme un jeu vidéo. La règle c'est qu'il n'y a pas de règles, et le but c'est d'arriver le plus rapidement au point voulu. Du coup si ça bouchonne à gauche, on traverse toute la route en transversale quite à bloquer la circulation pour essayer de passer à droite; si ça passe pas à droite on essaye de se faufiler entre 2 gros camions quite à être pris en saucisson et rebloqué 15 mètres plus loin; si ça passe toujours pas on klaxonne en continue jusqu'à ce que quelque chose bouge; et si ça passe toujours pas on peut toujours faire demi-tour et remonter la rue à contresens pour prendre un autre chemin! Ca doit vous paraitre complètement exagéré mais je vous certifie que chaque exemple est du vécu en rickshaw ou moto (pas tout en même temps je suis d'accord).

Les bus, quant à eux se croient les maîtres du monde. Ils sont les plus gros et en plus ils ont les plus gros klaxons alors oui ils ont tous les droits. Pour doubler, ils ne se préoccupent pas de l'éventuelle voiture qui arrivent en face. Ils prennent toute la place en se mettant sur la voie en sens inverse, et si une voiture arrive en face, soit elle roule sur le bas coté, soit elle s'arrête, soit elle tente de passer en se disant que 3 véhicules ça passe en largeur sur une 2 voies puis au dernier moment les 3 véhicules se rendent compte que non ça ne passera pas donc tout le monde pile en catastrophe (ça m'est arrivée dans un bus de nuit, je me suis réveillée en sursaut).

Du coup dans cette anarchie, tout le monde se guide au bruit. Même nous en tant que piétons c'est notre moyen de survie. Le klaxon est un peu le clignotant local. Dès qu'on veut tourner ou que l'angle de vue n'est pas génial, hop petit coup de klaxon (ou de pouet pouet pour certains rickshaws archaiques. Oui je parle bien de ces boules en plastique mou que l'on avait sur nos premiers tricycles et qui font un bruit de jouet pour chien quand on le presse, c'est tout à fait ridicule XD). Si on double, hop un petit coup, si on fait un queue de poisson, hop un autre (pour s'excuser ou dire "je t'ai bien eu!", au choix^^), si on est bloqué par une vache qui est couché en plein milieu de la route, hop un autre (ça l'affole pas pour autant en général d'ailleurs)! Et si on veut reculer, on peut même choisir sa petite musique! Ainsi j'ai pu notamment reconnaître le titanic, la lettre à élise, le lac des cygnes... Tout ça c'est rigolo raconté comme ça, et je me suis marrée à écrire cet article mais conrètement ça l'est beaucoup moins au quotidien, et encore moins la nuit... Cependant, si je dois choisir entre les klaxons et les crapauds, je choisis quand même les klaxons sans hésitation! ;)

 
Ce qui les sauve? C'est la vitesse très faible. En ville, la moyenne est d'environ 40km/h (estimation). Les "autoroutes" n'ont pas de limitation de vitesse, pourtant je n'ai jamais vu un compteur au dessus de 90. Il y a tellement de trafic partout que c'est difficile d'aller plus vite. Et heureusement parce qu'avec des bons reflexes, on évite les collisions facilement à 50km/h, mais pas à 100km/h.

Bref la route en Inde, même si on ne conduit pas, c'est complètement épuisant.