Mercredi un cyclone est passé à Chennai. Ca arrive apparement tous les ans. L'entreprise a fermé l'après midi et nous a demandé de ne pas sortir de chez nous. Ce que nous avons fait avec joie! Sauf que quand l'électricité s'est coupé, ça nous a moins fait rire. Plus d'ordinateur et plus de lumière (parce que vu la couleur du ciel, il faisait presque nuit à 15h déjà). Pas de lumière donc pas de jeu, ni de livre et pas d'ordinateur donc pas de film.. Au bout d'une heure à espérer que le courant revienne (ça a duré 4h), on a fini par se trouver une occupation: faire la cuisine...dans le noir!!

Balkis était très fière d'avoir enfin trouvé un dessert à base de chocolat que l'on pouvait faire ici (cad sans four): de la mousse au chocolat^^

Bon mis à part le fait qu'on se soit bien amusées entre filles, il a donné quoi ce cyclone?

De notre appartement, nous n'avons vu que le vent qui soufflait bien fort il est vrai, la pluie et les crapauds qui s'agitaient (voir plus loin pour plus de détails sur ce sujet). Nous avons mangé en ville juste avant l'heure annoncé du cyclone et les indiens dans les rues ne semblaient pas très inquiets. Les vendeurs de légumes étaient toujours présents avec leur charette, tous les magasins étaient ouverts et les gens marchaient à pas lents, comme d'habitude. Le lendemain, il y avait des enseignes de magasins par terre et des arbres de belle taille tombés à terre. Le cyclone a fait 20 morts à Chennai d'après nos sources. Pour nous, ça n'a jamais été qu'un après midi de travail cadeau (seulement pour les français, les indiens ont du travailler samedi après midi pour compenser) et un jour de mousson un peu agité.

 

Maintenant que la mousson s'est installée et que j'ai un peu de recul je peux expliquer comment ça se passe (à Chennai en tout cas): Tout d'abord je casse un mythe, il ne pleut pas tous les jours. En fait c'est plutôt des cycles, il pleut non stop pendant 2-3 jours (la température se refroidit mais il fait toujours chaud, vers 25 degrés) puis fait beau pendant 3-4 jours en général. Quand il ne pleut pas, il fait beau, chaud et très humide, ce qui nous fait transpirer au moindre mouvement et nous rend la peau grasse (c'est bien désagréable à vrai dire). Mais il y a le soleil. Et quand il pleut, c'est de l'averse bien forte en continue et orages ponctuels. Durant la première heure de pluie on arrive encore à peu près à marcher les pieds au sec mais passer quelques heures, les rues les moins bien évacuées (la majorité le sont heureusement) sont remplies d'eau sur toute la largeur. Par contre l'eau s'évapore en quelques heures seulement avec la chaleur quand la pluie s'arrête, c'est très impressionnant à voir (autant la rapidité de la rue à se remplir d'eau que la rapidité d'évaporation).

Dans la vie quotidienne, la mousson c'est pénible pour plusieurs choses:

1/ Vu que la rue devant chez nous fait partie de celles qui sont mal évacuées, on a toujours les pieds trempés (et même plus que les pieds souvent). La preuve en image: départ du matin pour le travail...


 


2/ En plus des pieds mouillés, les jeunes motards prennent souvent un malin plaisir à passer à toute vitesse à coté de nous, ça les fait rire de nous éclabousser, très drôle! Du coup, même armées de bottes (pas moi mais Alicia en a) et parapluies, on arrive trempées au travail. Or le travail est un frigo à une température ambiante de 16 degrés grâce (ou à cause) de la clim. Donc on a froid et on prend froid surtout!

3/ Les coupures de courant "oficielles" c'est à dire prévues et répétées chaque jour sont plus longues (2h par jour au lieu d'une) et les coupures imprévues sont plus fréquentes. 

4/ Mais le pire de tout (je garde le meilleur pour la fin) ce sont mes nouveaux voisins. C'est bien connu quand il pleut c'est la fête à la grenouille, eh bien oui je confirme, c'est vraiment la fête! Je ne pense pas que vous ayez déjà entendu une mélodie aussi insupportable et qui ne s'arrête jamais bien sûr (tant qu'il pleut). Ma chambre est située juste à coté de ce qu'on pourrait appeler une mare géante, et je ne peux plus dormir la nuit. Lorsque ces demoiselles (et demoiseaux qui ne font pas le même bruit et chantent en canon avec les femelles) sont en fête, je m'équipe de mes boules quies et laissent tourner la musique de mon ordinateur au maximum du son pour masquer leurs coassements et réussir à m'endormir. Autant mon oreille s'ést habituée aux corbeaux (pourtant pas discrets, David en est témoin), au vendeur de noix de coco de l'aube et à l'imam du minaret de 5h du matin, autant je ne supporte pas ces coassements qui m'agressent l'oreille. J'ai pris une vidéo qui donne une petite idée (multiplier les décibels par 3 ou 4 et vous y êtes).